Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jeux de pieds

Publié le par pauline pézerat

Un article qui avait beaucoup plu à plusieurs personnes. Parallèlement, vous pouvez vous reporter à l'album de photos "jeux de pieds.

samedi 14 juillet 2007
Sujet : jeux de pieds
Heure : 12 h 24 CEST
Auteur :  nouvellelouviere

La chanson dit que pour marcher il suffit de mettre un pied devant l'autre. Oui, mais pour danser ce n'est pas si simple. C'est fou le nombre de combinaisons qui existent avec deux pieds.

D'abord il y a la question de l'orientation des pieds, ouverts ou extragires, en dedans ou intragires, parallèles ou rectigires. Ensuite, au fil de l'histoire de la danse, de l'antiquité en passant par à l'époque baroque jusqu'au XXème siècle, sont apparu des codes selon le positionnement d'un pied par rapport à l'autre : ce sont "les positions"; elles sont nommées par des chiffres qui vont de 1 à 7. Quand vous aurez regardé la série de photos, vous pourrez chercher des combinaisons vous même.

Tout se corse encore un peu lorsque le pied s'élève du sol, pied d'appuis, pied de jeu, et toutes les possibilités de sauts...

Voilà pourquoi l'expression "bête comme ses pieds" me paraît bien mal venue. Dorénavant vous saurez que nos pieds sont remarquablement savants, d'où mon idée d'en faire des supports de lumière avec "les pieds de lampes". 

 

Tous ces pieds se retrouvent naturellement dans le thème d’exposition :  « Entrez dans la danse ».

Ils pourraient aussi, ainsi que quelqu’un me l’a suggéré, trouver un jour un développement autour de jeux de mots : pieds de nez, pieds de biche…

 

Partager cet article

Repost0

juin 2007

Publié le par pauline pézerat

En juin 2007, Françoise Chantraine m’invitait à présenter quelques sculptures lors des 2 fêtes rencontres qui avaient lieu à Paris. La sélection des pièces était limitée pour pouvoir être transportée dans une valise. Quelques unes trouvèrent des familles d'accueil ce jour-là où dans les mois suivant.
J'en garde la trace en photo pour pouvoir continuer à les voir.




mardi 5 juin 2007

Sujet : les 10 et 15 juin: au coeur de la danse
Heure : 11 h 16 CEST
Auteur :  nouvellelouviere

Pour ceux qui souhaitent voir ou retrouver les pièces que je présente lors des "fêtes -rencontres" que Françoise Chantraine organise cette année, permettant aux élèves de la région parisienne de se rencontrer, avec la participation de quelques ambassadeurs des autres centres de France (Bondues près de Lille, Grenoble, Nancy, Tours) et d'Angleterre (Londres, Wanstead, High Wycombe).

Ces fêtes ont lieu les :

Dimanche 10 juin
, 30 avenue du Roule à Neuilly (métro : porte Maillot) de 14h à 15h30 et de 16h à 17h15

Vendredi 15 juin
, 49 avenue Duquesne à Paris 7° (métro : St François Xavier ou Duroc) de 17h30 à 19h et de 19h30 à 21h

Lors de ces manifestations, Françoise a également prévu une exposition de photos professionnelles qui témoignent des temps forts de la vie de son Ecole, comme les spectacles de l'Ensemble chorégraphique ou les galas avec "la Compagnie".   



 

Publié dans Expos

Partager cet article

Repost0

mai 2007

Publié le par pauline pézerat

Les deux évènements qui marquent pour moi ce mois de mai 2007 sont les expositions au Salon des Arts de St Ouen-les-Vignes, d’une part, et à La Perrière, d’autre part. Malgré une météo exécrable, j’en garde un très bon souvenir.

jeudi 17 mai 2007
Sujet : L'exposition à St Ouen les vignes
Heure : 19 h 40 CEST
Auteur :  nouvellelouviere

Saint-Ouen-les-vignes (prononcer ouin à la différence du St Ouen de la banlieue parisienne) est un petit village à l'est de la Touraine, non loin des vignobles de Vouvray.

Le salon des "arts de vivre" est, selon la volonté des organisateurs, une manifestation largement ouverte sur les talents locaux : peinture, sculpture mais aussi artisanats variés tels que la broderie des coiffes traditionnelles, bijoux, coutures, objets peints, calligraphie...

J'ai eu l'honneur de recevoir un prix décerné par le public qui vote pour ses coups de cœur dans chaque catégorie.

Tout cela se passe dans l'esprit bon enfant d'une fête de village avec des promenades à dos d'ânes ou en carriole ainsi que  la venue d'une chorale.

Cette grande simplicité favorise les rencontres, les échanges d'expériences . Mais elle cache aussi des surprises comme par exemple le passage extrêment discret de Mike Jagger, venu en voisin du village de Pocé sur Cisse.

Côté météo nous étions comme toute la France secoués par le vent, avec même une petite frayeur au moment du repas puisqu'une tente s'est envolée (heureusement sans blesser personne). Mais aussi, comme c'est souvent le cas en Touraine de larges périodes de soleil.

En résumé je dirais que ce fût une journée fort agréable sous le signe de l'ouverture d'esprit, de la simplicité et des contrastes.

 




jeudi 31 mai 2007

Sujet : Sur le départ
Heure : 15 h 54 CEST
Auteur :  nouvellelouviere

La consigne que les organisateurs du marché nous ont adressée c'est d'être autonomes. Outre les sculptures elles-mêmes, j'ai prévu les tréteaux, les plateaux, les nappes, les socles.... Alors le chargement de la voiture est étudié comme pour une expédition.



 


jeudi 31 mai 2007
Sujet : L'arrivée et l'installation
Heure : 16 h 54 CEST
Auteur :  nouvellelouviere 
 

Trop gris pour distinguer le clocher qui se dresse au sommet de la colline. C'est l'arrivée.

Dans le groupe scolaire, l'ancien logement de fonction est aujourd'hui occupé par le comédien Eric Fank. C'est le local qui m'a été attribué.

 Je suis particulièrement fière de mes socles, fabriqués à partir de croisillons de fenêtre montés sur des charnières de manière à être faciles à transporter.

 

 

 

jeudi 31 mai 2007
Sujet : Les Belles et les Bêtes
Heure : 17 h 14 CEST
Auteur :  nouvellelouviere

Dimanche 10h : tout est prêt




jeudi 31 mai 2007
Sujet :  Retour de "La Perrière": mes impressions
Heure : 18 h 03 CEST
Auteur :  nouvellelouviere

Le sujet de conversation qui est sur toutes les lèvres c'est le froid, le vent et la pluie. "On se croirait en novembre"  est  le leit motiv de ce week-end de pentecôte.

Mais pour ma part, même si j'ai attrapé un rhume (il fallait bien laisser les portes ouvertes), je m'estime privilégiée d'avoir été installée, dès la veille, à l'intérieur, toute seule dans une pièce mise à disposition par le comédien Eric Fank. 

A l'inverse, ceux qui étaient installés sous des tentes avaient le moral dans les chaussettes. Certains ont réussi à se reloger dès le dimanche, d'autres n'ont pu être abrités que lundi, d'autres encore sont restés stoïquement dehors. Quelques uns, mais, somme toute, relativement peu ont préféré repartir ou ont renoncé à venir.

Il y a eu évidemment beaucoup moins de visiteurs que les années passées, mais j'ai quand même vu du monde : des courageux prêts à braver les intempéries et équipés en conséquence, des motivés saisissant la moindre éclaircie pour se promener, souvent en famille, peut-être pour se laisser tenter par un coup de coeur ou faire des affaires.

J'ai eu la surprise de voir Monique venir de Tours pour la journée du dimanche et, le lundi, mes parents, qui ont fait un détour de 80 km avec ma tante Maguy dans leur voyage entre Belfort, la Seine-et-Marne et la Normandie. La surprise était d'autant plus grande qu'ils ne m'avaient pas prévenue. 

Ce fut pour moi une expérience incontestablement enrichissante mais pas sur le plan lucratif. J'ai quand même eu la satisfaction que trois sculptures soient choisies.

J'ai beaucoup observé les réactions du public, des publics devrais-je dire, tant les gens sont différents. J'ai été heureuse de constater que les enfants sont particulièrement réceptifs.

J'ai également apprécié les échanges avec les autres artistes, prompts à raconter leurs expériences et à donner leurs conseils à la petite nouvelle que je suis. J'ai découvert le monde difficile de l'art et ses rapports ambigüs avec les lois de l'offre et de la demande.

Tout cela m'a permis d'affiner mes propres choix et d'alimenter mes réflexions pour de futurs projets .

Rebondissement: le soir du retour, ma voisine de stand m'appelle pour m'annoncer que j'ai gagné le prix de la tombola. Or il s'avère que je n'ai pas joué, j'en déduis donc que c'est une erreur. D'ailleurs je n'avais pas bien compris le principe : un jury décerne à la fin des deux jours un prix d'une valeur de 300, à un artiste qui, en échange, offre une oeuvre de valeur équivalente. C'est cette oeuvre qui devient le lot du gagnant de la tombola. Le lendemain, deuxième coup de fil, de l'organisatrice cette fois. Je lui explique que c'est une erreur et elle raccroche, désolée de m'avoir fait une fausse joie. Un quart d'heure plus tard, elle rappelle, c'est pourtant bien mon nom, mais pas le même numéro de téléphone: tilt! Ce sont mes parents les vainqueurs! Le hic c'est qu'ils sont sur la route pour Belfort.


Conclusion : il se pourrait bien que je reprenne le chemin de La Perrière plus tôt que prévu.

Publié dans Expos

Partager cet article

Repost0